Qui est Bernard Grégoire?

 
 

J’ai débuté les arts martiaux à l’âge de 16 ans. J’ai fait du karaté shotokan, différents styles de kung fu, de l’aîkido, kali philippin, un sixième dan en kempo, trois sortes de tai-chis différents et je ne sais combien d’autres styles d’arts martiaux où je n’y ai fait que quelques sessions ou quelques séminaires, par manque d’intérêt. J’ai appris que si les techniques nous enseignent l’abc de la gamme, il en est parfois autrement de l’interprétation de la mélodie.


Une bonne compréhension des arts martiaux passe certes par l’étude des techniques de base, mais se limiter aux techniques, c’est d’apposer des limites qui s’imposeront à nous rapidement avec l’âge. Pour dépasser ces limites, il suffit parfois d’une idée, d’un concept ou de quelques mots qui changent notre façon de voir les choses.


Cette partie du site est un petit plaisir que je me fais. Je profite de ces pages pour transmettre un peu de philosophie que j’ai acquis au fil des années. Vous y trouverez également, l’histoire de quelques rencontres intéressantes que j’ai faite. Des rencontres sans lesquelles, je ne serais assurément pas le même art martialiste que je suis aujourd’hui.


J’ai eu la chance d’avoir différents professeurs dans mon entraînement martial. J’en ai eu des « normaux », c'est-à-dire des professeurs qui enseignent selon le manuel et qui retransmettent les techniques tels qu’ils les ont appris de leurs professeurs. Vous prenez dix de ces professeurs et vous avez l’impression que c’est le même professeur qui a été cloné.


J’ai également eu la chance d’avoir des professeurs et aussi des amis d’entraînement qui étaient un peu et parfois très particuliers. Je vais profiter de ces quelques lignes pour relater des faits ou des réflexions suite à ces entraînements ou simplement suite à des conversations.


Le kimono n’est pas obligatoire pour apprendre d’un maître. Parfois, une simple phrase peut déclencher plus de compréhension que toute une année d’entraînement. Je ne suivrai pas un ordre chronologique, mais je vais plutôt jeter les idées comme elles viennent. Ça sera à vous de prendre ce qui fera votre affaire.


Bernard









                                                                                                                                   


                                                                                                                                   
On_ne_jette_pas_de_perle.html


 

Ces mots qui éveillent